Libérer, le libéré.... Libérer le libéré

Nous en sommes encore parfois à essayer de transposer des modèles d'organisation, comme faire entrer du 42 dans une pointure 38, car nous nourrissons l'envie profonde d'une forme de libération. Bien évidemment ça a marché dans certaines entreprises, mais ce que nous mettons plus en lumière dans un système et parfois la meilleure option pour cacher ce qui est disfonctionnant. Tout dépend du niveau d'honnêteté et de transparence du système. C'est tout le propos de Thibaud Brière dans son dernier essai "Toxic Management", aux éditions Robert Laffont. Dans un système soumis à de très fortes turbulences, où les réponses et les adaptations sont parfois sismiques, il n'y a rien de plus difficile que d'activer et de FAIRE PERDURER cette fameuse intelligence collective.


Nombre de fois le système réagit, créant du non-sens, de l'exclusion, de la violence ou au minimum de la sur-adaptation. Comment regarder objectivement notre capacité consciente et inconsciente à générer de la violence au profit de la sacro-sainte PERFORMANCE ou de courir dans tous les sens en revendiquant que nous sommes AGILES ? Que faisons-nous porter par les membres du système et surtout pendant combien de temps ?

Dans son podcast sur le Performance, (Philosophy is sexy), Marie Robert éclaire cette notion, partage la manière dont on l'évalue et souligne l'hégémonie du chiffre qui aliène. Le résultat prime parfois sur la qualité du processus et le tissu structurel. La compétitivité comptable, vient, dans ce cas, affaiblir la coopération, limiter la prise de risque et au final la capacité d'innovation. Marie Robert précise que "C'est la qualité de nos liens qui assure les progrès de notre société et aussi qui en garantit la beauté". L'entreprise libérée, libère et génère quel type de liens ?


Faisons preuve d'humilité et de discernement, reprenons une posture basse pour regarder se qui se PASSE et ce qui se VIT dans les systèmes, sans imposer des modèles, et surtout, générons de la BEAUTÉ.


Pour approfondir le sujet, je vous recommande les livres suivant :

  • Les violences invisibles de Jean-Charles Bouchoux

  • L'inconscient dans la relation en entreprise de Dominique Baumgartner

  • Les paradoxes de la coopération de Patrick scharnitzky


5 vues0 commentaire